The Social​ Correspondent​ N°21 : L’actualité et les marques

The Social​ Correspondent​ N°21 : L’actualité et les marques

Édito

La pandémie de coronavirus a contraint certaines marques à mettre leur activité en pause. En raison du manque d’actualités sur lesquelles communiquer, ce phénomène pousse les annonceurs à remettre en question leur activité sur les réseaux sociaux. Cependant, l’absence d’actualités ne doit pas empêcher les prises de paroles, bien au contraire. Voici 5 idées préconçues sur l’actualité et les marques.

  • Pour commencer, voici un écueil dans lequel tombent souvent les marques : commenter des actualités pour exister au quotidien sur les réseaux sociaux. Elles cherchent à se rendre incontournables en s’emparant de toutes les actualités, mais il ne faut pas oublier qu’une marque n’est pas un média.
  • Certaines essayent de rattacher leurs produits ou services à l’actualité, mais une approche trop mercantile décrédibilise totalement le propos. On sait que l’authenticité est un bon vecteur de préférence de marque, il est donc important de mettre la recherche d’authenticité au cœur de l’approche éditoriale.
  • Aujourd’hui, on assiste également à l’émergence d’une conscience politique et morale collective sur les réseaux sociaux. On peut voir plusieurs marques s’emparer d’événement sociétaux et politique en pensant que c’est un très bon moyen de changer le regard des gens sur la marque. Vouloir surfer sur ce phénomène peut être tentant, mais attention car le badbuzz n’est jamais loin.
  • D’autres marques pensent que s’il n’y a pas d’actualité, il n’y a rien à dire. Faux ! C’est justement le moment de donner la parole, d’entretenir le lien. En offrant la parole aux fans, on travaille l’image et on recueille des insights. Quoi rêver de mieux !
  • Enfin, à défaut d’avoir des contenus chauds, plusieurs marques tentent de meubler avec d’anciens contenus. Même s’il peut sembler intéressant d’exploiter d’anciens contenus, il ne faut pas meubler grossièrement. Il est préférable de toujours offrir quelque chose de nouveau, par exemple, retravailler la forme graphique est toujours une bonne idée.

Cette situation exceptionnelle est l’occasion de repenser la relation avec les abonnés : casser ce rapport descendant de l’information. L’idée que l’on doit nourrir les fans avec l’actualité de la marque est archaïque. Aujourd’hui, il faut être inspiré et inspirant. Face à l’explosion de l’offre de contenus, pour se démarquer un seul mot : entertainment. Le meilleur moyen de continuer de travailler l’image de marque et d’accompagner les gens dans cette épreuve en proposant du contenu divertissant et enrichissant.

 

THE SOCIAL CORRESPONDENT#21_compressed

Contributors

Dina ZIAT

Junior Project Manager

Mathurin BERTRAND

Lead Content